French

Kenojuak Ashevak

LECTURE EN COURS

Kenojuak Ashevak

DE LA COLLECTION

Partagez

Un moment de notre histoire...

RESOURCES PÉDAGOGIQUES

Ressources pédagogiques

John McCrae

LECTURE EN COURS

John McCrae

DE LA COLLECTION

Partagez

Un moment de notre histoire...

RESOURCES PÉDAGOGIQUES

Le 8 décembre 1915, la revue Punch publiait un poème écrit à la mémoire des soldats morts dans les tranchées des Flandres durant la Première Guerre mondiale et intitulé In Flanders Fields. L'auteur, John McCrae de Guelph, en Ontario, y décrivait son expérience des batailles d'Ypres, en Belgique.

John McCrae se porta volontaire pour le premier contingent canadien peu après le début de la Première Guerre mondiale, en 1914. En avril 1915, il fut affecté à l'une des batteries d'artillerie d'Ypres en tant qu'officier médical. En service dans le secteur des pièces d'artillerie, écrivit-il dans ses lettres à la maison, il se rendait sur place pour soigner les blessés qui ne pouvaient être transportés au poste de secours avant la tombée de la nuit. Le 1er juin 1915, John McCrae fut muté à l'Hôpital général no 3 de Boulogne à titre de médecin-chef. Il resta à ce poste jusqu'à ce que la pneumonie l'emporte, le 28 janvier 1918.

Avant la guerre, il publia d'autres poèmes dans la revue de McGill, la University Magazine. In Flanders Fields fait partie d'une collection de poèmes publiée à titre posthume en 1919, dans le recueil intitulé In Fland Fields and Other Poems.

Formé à l'Université de Toronto, il a été nommé professeur titulaire en pathologie à l'Université McGill de Montréal en 1900. Il devint plus tard médecin à l'Hôpital Alexandra et médecin adjoint à l'Hôpital Royal Victoria de Montréal.

John McCrae n'en était pas à sa première guerre. Il avait été soldat d'artillerie (1899-1900) du contingent canadien détaché en Afrique du Sud durant la Guerre des Boers. Les Boers s'insurgèrent contre les Britanniques qui tentaient d'intégrer l'Afrique du Sud à leur empire. C'est un coup d'État raté, fomenté par Cecil Rhodes, le premier ministre de la colonie du Cap, qui déclencha ce conflit. Bien que les volontaires canadiens se rendirent en Afrique du Sud à la demande du gouvernement britannique, les dissensions au sein du Canada sur la question des Canadiens livrant une guerre coloniale britannique empêchèrent le premier ministre de l'époque, Wilfrid Laurier, d'envoyer des troupes régulières.

Ressources pédagogiques