Quatre Canadiens sur dix ne connaissent pas les accomplissements historiques de certaines des femmes les plus connues du Canada

Mars 7, 2018

Quatre Canadiens sur dix ne connaissent pas les accomplissements historiques de certaines des femmes les plus connues du Canada

Toronto – 7 mars 2018 – Un sondage commandé par Historica Canada en prévision de la Journée internationale des femmes a découvert que les Canadiens ressentent qu’il y a encore beaucoup d’améliorations à faire dans l’apprentissage de l’histoire des femmes dans ce pays.

 

Le sondage, conduit par Ipsos, a révélé qu’une minorité seulement de répondants pouvaient nommer correctement les accomplissements de Canadiennes importantes comme l’artiste Emily Carr (37%), l’auteure Lucy Maud Montgomery (27%), et la suffragette Nellie McClung (16%).  Quatre Canadiens sur dix affirment ne pas connaître aucun des accomplissements des 15 femmes nommées (40%). La connaissance des réussites de ces femmes est plus élevée dans les régions d’où elles sont originaires.

 

Il n’est pas surprenant que seulement trois Canadiens sur dix (30%) pensent que le Canada s’en tire de façon « excellente » ou « bonne » lorsqu’il est sujet d’informer les jeunes de l’histoire des femmes. Moins de quatre personnes sur dix (38%) pensent que le Canada s’en tire bien lorsque vient le temps de célébrer et d’honorer les femmes pionnières (ex. en érigeant des statues ou en nommant des édifices), et 34% pensent que le Canada réussit bien à inclure les diverses perspectives de l’histoire des femmes.

 

« Nous avons été surpris de voir combien de Canadiens peuvent identifier les accomplissements des femmes qui ont joué des rôles importants dans la création de ce pays », a affirmé Anthony Wilson-Smith, président et chef de la direction de Historica Canada. « Nous espérons continuer à inspirer les Canadiens à en apprendre plus au sujet de notre passé, et de comment celui-ci a influencé notre présent. »

 

Le sondage a aussi révélé que les Canadiens sont divisés au sujet du mouvement #moiaussi. Approximativement deux Canadiens sur dix (22%) affirment qu’il réussit à atteindre son objectif, tandis que deux autres Canadiens sur dix (22%) affirment qu’il est trop tôt pour se prononcer. Un quart des hommes (24%) affirme qu’il accomplit son objectif, en comparaison avec 16% des femmes. Un homme sur dix (9%) affirme que le mouvement n’est pas encore allé assez loin, contrairement à 15% des femmes.

 

Parmi certaines des autres découvertes :  

  • Six hommes sur dix (60%) affirment que le Canada réussit bien à protéger et promouvoir les droits des femmes, en comparaison à cinq femmes sur dix (53%).
  • Moins de la moitié des Canadiens (48%) croient que les efforts faits afin de protéger les femmes du harcèlement au travail et dans la société sont « excellents » ou « bons ».
  • Approximativement un tiers (35%) des Canadiens affirment que la connaissance des questions reliées aux femmes autochtones est « mauvaise » ou « très mauvaise », contrairement à 28% qui affirment qu’elle est « excellente » ou « bonne ».
  • Les femmes autochtones célèbres, incluant Mary (Molly) Brant, Konwatsi'tsiaienni (3%), Daphne Odjig (2%), ou Kenojuak Ashevak (1%), étaient les moins susceptibles d’être connues par les Canadiens.

Historica Canada offre des programmes que vous pouvez utiliser afin d’explorer, d’apprendre et de réfléchir à notre histoire et à ce que signifie le fait d’« être Canadien ».

 

Les résultats complets du sondage sont disponibles ici (en anglais seulement).

 

Voici les résultats d’un sondage Ipsos mené entre le 23 février et le 26 février 2018 au nom de Historica Canada. Pour ce sondage, un échantillon de 1001 Canadiens âgés de 18 ans ou plus ont été questionnés. La pondération a ensuite été utilisée pour équilibrer les données démographiques pour assurer que la composition de l'échantillon reflète celle de la population adulte selon les données du recensement, et pour fournir des résultats censés se rapprocher de l'univers de l'échantillon. La précision des sondages en ligne d'Ipsos est mesurée en utilisant un intervalle de crédibilité. Dans ce cas, le sondage a une marge d’erreur de +/ - 3.5 points de pourcentage, 19 fois sur 20, si tous les Canadiens adultes avaient répondu. L’intervalle de crédibilité sera plus grand dans certains sous-ensembles de la population. Tous les questionnaires et sondages peuvent être sujets à d'autres sources d'erreur, y compris, mais non limité à, l'erreur de couverture et l'erreur de mesure.

-30-

Pour plus d’informations:

Andrea Hall, coordinatrice principale de communication

ahall@historicacanada.ca

T. 1-866-701-1867 poste 261

Share: