Nouveau sondage mesurant la connaissance et les attitudes des Canadiens envers ce qu’on a longtemps appelé « La guerre oubliée »

Novembre 11, 2013

Nouveau sondage mesurant la connaissance et les attitudes des Canadiens envers ce qu’on a longtemps appelé « La guerre oubliée »


TORONTO — le 11 novembre 2013 — Selon un sondage effectué par Ipsos Reid pour Historica Canada, les Canadiens ne connaissent pas plusieurs détails importants à propos de la participation du Canada à la guerre de Corée, dans laquelle plus de 500 Canadiens ont perdu la vie.


Fait en l’honneur du 60e anniversaire de la fin des affrontements, qui durèrent de 1950 à 1953, le sondage visait à mesurer les connaissances est les attitudes en lien avec celle qui fut longtemps surnommée « la guerre oubliée ». Moins de la moitié des répondants (44 %) purent même identifier correctement ce conflit comme étant « la guerre oubliée » - tandis que 72 % affirment de pas se souvenir avoir appris quoi que ce soit à propos de cette guerre à l’école. Cependant, une grande majorité de répondants croient tout de même que les Sud-coréens vivent une meilleure situation aujourd’hui grâce à la participation du Canada dans le conflit, et 69 % croient que le conflit est un moment important de l’histoire du Canada. Dans l’ensemble, il y a un fort soutient pour encourager une plus grande prise de conscience à propos de cette guerre ainsi qu’à propos du rôle du Canada dans les deux guerres mondiales et autres conflits.   


« Les contributions et sacrifices faits par les Canadiens lors de la guerre de Corée ont été importants et les résultats continuent à résonner aujourd’hui», a dit Anthony Wilson-Smith, président de Historica Canada. « Nous voyons un désir chez les Canadiens d’en apprendre plus au sujet de ces efforts, en accord avec une appréciation similaire des sacrifices faits par nos vétérans dans l’ensemble. »


Le gouvernement du Canada a déclaré 2013 comme étant l’année des vétérans la guerre de Corée, et a parrainé une série d’événements au nom des vétérans et de leurs familles, incluant un certain nombre de pèlerinages en Corée du Sud au cours de l’année. Le Projet Mémoire (www.leprojetmemoire.com), géré par Historica Canada, inclut 3000 objets numérisés et des entrevues avec 420 vétérans de la guerre de Corée, dans lesquelles ils partagent leurs expériences, tout comme ils le font aussi avec le Bureau des orateurs du Projet Mémoire, où des vétérans visitent des écoles pour rencontrer des étudiants et faire part de leurs expériences. Cette année, les vétérans ont fait plus de 1100 visites de la sorte et rejoint plus de 230 000 Canadiens. 


Cliquez ici pour voir tous les résultats du sondage.


Quelques points importants :

  • Moins d’un Canadien sur quatre (37 %) a identifié correctement que le 27 juillet 2013 était le 60e anniversaire du cessez-le-feu de la guerre de Corée, alors que la plupart des gens (63 %) ont identifié incorrectement un autre événement comme commémorant cet anniversaire en particulier.
  • Sept personnes sur dix (69 %) « approuvent » (21 % fortement/48 % en quelque sorte) que la guerre de Corée a été un événement important dans l’histoire du Canada, tandis que trois personnes sur dix (31 %) « désapprouvent » (5 % fortement/26 % en quelque sorte).
  • Alors que la plupart des Canadiens croient que plus d’accent devrait être mis sur l’histoire militaire, une majorité ne se rappelle pas avoir reçu de l’enseignement à propos de cette guerre. Seulement trois personnes sur dix (28 %) affirment se rappeler (8 % fortement/19 % en quelque sorte) d’avoir appris quelque chose à l’école secondaire à propos de la guerre de Corée alors que sept personnes sur dix (72 %) affirment de pas se rappeler (41 % fortement/32 % en quelque sorte) avoir reçu de l’enseignement sur le sujet.   
  • Il y a un soutient fort (85 %) en faveur de construire un monument au Canada en l’honneur de ceux qui ont perdu la vie pendant leur service militaire dans des conflits depuis la guerre de Corée.
  • Quatre Canadiens sur cinq (78 %) « approuvent » (34 % fortement/53 % en quelque sorte) que les Sud-coréens vivent aujourd’hui une situation meilleure grâce à la participation du Canada à la guerre de Corée, tandis qu’un seul sur cinq « désapprouve » (4 % fortement/18 % en quelque sorte).

Une initiative de Historica Canada, le Projet Mémoire donne aux vétérans et membres actifs des Forces armées canadiennes l’opportunité de partager leurs histoires de service militaire, grâce à ses archives en ligne et son bureau d’orateurs bénévoles. Les archives du Projet Mémoire offrent un endroit où les vétérans de la Deuxième Guerre mondiale et de la guerre de Corée peuvent préserver leurs souvenirs au travers d’entrevues orales et de la numérisation d’objets significatifs, avec déjà plus de 2800 témoignages enregistrés à ce jour. Grâce au Bureau des orateurs du Projet Mémoire, les vétérans et membres actifs en service partagent leurs expériences dans les salles de classe et groupes communautaires au travers du Canada, ayant rejoint plus de 1.5 million de Canadiens depuis 2001. Écoutez leurs histoires au www.leprojetmemoire.com  


Historica Canada, connue anciennement sous le nom d’Institut Historica-Dominion, est la plus grande organisation indépendante dédiée à l’histoire et à la citoyenneté au Canada. Son mandat est de former des citoyens actifs et informés grâce à une plus grande connaissance et appréciation de l’histoire, de l’héritage et des annales du Canada. Afin d’en savoir plus, prière de vous rendre au www.HistoricaCanada.ca


Ces faits sont quelques-unes des conclusions d’un sondage mené par Ipos Reid entre le 2 et le 7 juillet au nom d’Historica Canada, connue anciennement sous le nom d’Institut Historica-Dominion. Pour ce sondage, un échantillon de 1009 Canadiens du panel internet d’Ipsos Reid ont été passés en entrevue en ligne. Une pondération a été utilisée pour équilibrer les données démographiques afin d'assurer que la composition de l'échantillon reflète celle de la population adulte selon les données du recensement et pour fournir des résultats censés s’approcher de l’univers de l'échantillon. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est mesurée en utilisant un intervalle de crédibilité. Dans le cas présent, la marge d’erreur du sondage est de +/- 3.5% dans le cas où tous les Canadiens auraient répondu au sondage. 

-30-

Pour plus d'informations :

Fadia Otariste, agente des communications

t. 1.866.701.1867 ext. 259

fotariste@HistoricaCanada.ca

Share: