VIDÉOMINUTES//DU//PATRIMOINEVIDÉOVIDÉOVIDÉO

Loading the player ...

LECTURE EN COURS

Basket-ball

DE LA COLLECTION Minutes du Patrimoine

// TÉLÉCHARGEZ //

// ACHETEZ LE DVD //

Partagez

Un moment de notre histoire...

RESOURCES PÉDAGOGIQUES

De nos jours, on s'attend à l'impossible des géants puissants et agiles qui règnent sur les terrains de basket-ball, jeu couramment appelé ballon-panier. Nul doute que les exploits phénoménaux de Michael Jordan et de Magic Johnson auraient ébahi James Naismith, ce Canadien modeste qui inventa le jeu il y a 100 ans lorsqu'il accrocha un panier à fruits au mur d'un gymnase.

Un nouveau timbre-poste, qui a été émis le 25 octobre 1991, souligne le centenaire de l'invention du basket-ball. En outre, une Minute Historica montre les tentatives maladroites des élèves de Naismith lorsqu'ils s'initièrent au basket-ball, sans trop d'enthousiasme d'ailleurs.

Quand Naismith mit au point le jeu, il réalisa quelque chose d'unique, car très peu de sports ont réellement été inventés ; le jeu de crosse des Autochtones est à l'origine du hockey, le rounders britannique a donné le base-ball et le rugby est l'ancêtre du football. Comment et pourquoi a-t-il créé ce jeu totalement nouveau?

Les raisons qui poussent James Naismith à inventer le basket-ball découlent à la fois de ses principes religieux et de la difficile tâche qu'on lui confie. Né à Almonte, au Canada-Ouest (devenu l'Ontario), Naismith étudie à l'Université McGill et au Collège presbytérien de théologie. En 1891, il enseigne la psychologie, l'étude de la Bible et la culture physique à l'école de formation de l'International Young Men's Christian Association (YMCA) à Springfield au Massachusetts. Fervent partisan du vieil adage "un esprit sain dans un corps sain," Naismith ne voit aucune contradiction entre ses croyances religieuses et son amour du sport. Toutefois, la classe de culture physique la plus incorrigible, la plus démotivée et la plus rebelle qui fût met ses convictions à rude épreuve. Au début de l'hiver, lorsque les intempéries empêchent la pratique de sports à l'extérieur, on lui demande de créer une activité susceptible de secouer l'indolence des élèves.

Après avoir tenté en vain d'adapter le soccer, le football américain et le jeu de crosse aux dimensions du gymnase, James Naismith décide d'analyser les qualités qu'il attend d'un sport en salle. Il lui faut un ballon suffisamment gros que l'on puisse lancer et attraper facilement. Voulant éviter le plaquage sur le sol dur, il décrète qu'on ne peut courir avec le ballon. La position surélevée des buts constitue une difficulté supplémentaire favorisant l'adresse plutôt que la force brute. Ne laissant rien au hasard, il étudie minutieusement chacun des éléments de cette nouvelle activité sportive.

Le 21 décembre 1891, James Naismith placarde les 13 règles du jeu sur le tableau d'affichage et cloue deux paniers à fruits sur les balcons du gymnase. Le premier match se termine 1 à 0, marque bien différente de celles des matchs de la NBA. Au fur et à mesure que les classes se mettent à la pratiquer, le jeu gagne en popularité, sauf auprès du concierge qui doit grimper à une échelle pour récupérer le ballon après chaque but. Bientôt, d'autres écoles et collèges se mettent à jouer. Mais comment allait-on appeler ce jeu ? Avec la modestie qui le caractérise, l'inventeur décline le nom "Naismith Ball" et préfère l'appeler simplement basket-ball.

Naismith a atteint son objectif : créer un sport pour tous où l'adresse l'emporte sur la force, la rapidité sur la puissance. De nos jours, partout dans le monde, hommes, femmes et enfants pratiquent le basket-ball. Qu'on y joue en fauteuil roulant ou en portant des chaussures de sport dernier cri, le jeu qu'a inventé James Naismith est un sport des plus appréciés.

Ressources pédagogiques

MINUTES DU PATRIMOINE //